Petite description du Derny

Publié le par Admin

Histoire du DERNY

Le père du DERNY, c’est Monsieur Derny mais c’est aussi le Bordeaux-Paris cycliste.

Jusqu’au milieu des années 30, les concurrents avaient des cyclistes pour entraîneurs, puis des motos furent utilisées, mais elles étaient trop rapides. En 1938, Monsieur Derny, créa un compromis entre la moto et le vélo. Le journal « l’auto », organisateur de l’épreuve, convaincu de l’efficacité en commanda une flottille.

Le moteur est un 100cm3 Zurcher, alias Alcyon, car construit par les usines Alcyon.

Après la guerre, en 1949, la production reprend et le tandem est le plus diffusé.


Caractéristiques techniques
Cylindrée 100 cm3
Alésage/course 50x50
Puissance 2ch à 2400tr/mn
Carburateur Gurtner
Installation électrique Magnéto + dynamo sur la roue volant
Diamètre des freins 100 mm
Suspensions Néant
Contenance du réservoir 5,5 l
Consommation 2,5 l aux 100
Poids 55 kg
Vitesse 70 km/h en pédalant


En 2000 en feuilletant les annonces de LVM je trouve un tandem Derny à restaurer. Vu les anciennes immatriculations et le numéro de série, il date de 1940 ou 41. L’affaire est conclue et le tandem Derny est rapatrié dans sa région d’origine. Il reste sagement dans un box en attendant que les enfants grandissent et que j’ai le temps de lui refaire une beauté. Au gré des bourses d’échanges, j’achète des bricoles pour le Derny pour le jour où…

2006. Nos 3 fils aînés travaillent pendant les vacances, seul Simon viendra avec nous. Il roulera sur son 103 Peugeot, et assurera l’assistance technique. Mais où partir? Petit Derny se réjouissait déjà du petit crachin breton du mois d’août. Mais méfiance! Pour un coup d’essai la Bretagne me semble trop vallonnée (on n’a toujours pas roulé avec et on ne sait pas sa capacité à franchir les cotes !). Donc je cherche une destination « plate ». La Belgique nous plait bien, mais c’est trop près de Paris. Au diable la méfiance et les doutes sur notre petit Derny, la Camargue c’est plat, donc nous irons en Camargue.

S'en suis l'annonce à nos amis de notre projet. Je vous laisse imaginer les réactions…. De l’incrédulité, des doutes, de l’attente pour voir, des paris…

Mais ce n’est pas tout de prévoir les vacances, petit Derny n’a pas évolué d’un boulon.

La restauration

Allez c’est parti, on démonte tout. La visserie part au zingage, le grand Manu me forme les carters de chaine manquants, le cadre part en peinture chez Peintépox (63 r Alphonse Pluchet 92220 BAGNEUX) ( super boulot pour un prix très raisonnable ). Pendant ce temps je m’occupe du moteur simplissime. Changement des roulements de vilo, des joints, contrôle de la magnéto, remontage. Je le demarre sur un banc, ça craque, mais quel boucan !!!

Une fois les pièces récupérées, je remonte les rayons, les pneus, les machoires de frein, les chaines, les cables neufs, pour la sécurité. Parce que ma femme n’est qu’à moitié rassurée par la taille du pneu arrière, plus étroit que l’avant.

Tiens au remontage il me manque le ressort de rappel pour le selecteur de vitesse, et je n’ai pas la béquille centrale. 6 ans après notre achat j’appelle M. Favre, le vendeur, en lui demandant s’il ne lui reste pas des pièces du Derny. Gentillement il ira voir et m'enverra le fameux ressort et pas mal de petites boulonneries qui étaient restées dans un coin de son garage.

Dans la même semaine, je vois une annonce sur LVM, de M. Bouvet qui cherche un carter de chaine pour son Derny. Je le contacte pour lui proposer les plans cotés, on discute, je lui décris notre Derny, complet sauf la béquille……Heureux hasard, il a une béquille en double qu’il m’envoie gracieusement. Je le remercie encore de sa gentillesse.

Premiers essais

Bon, tout est remonté, tous nos voisins l’ont vu prendre sa nouvelle jeunesse, et à une semaine du départ on décide de faire quelques essais. La suite à venir...

Publié dans derny-en-ballade

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article