La journée qui a failli bien se passer!

Publié le par Admin

Réveillés (les parents) à 6h, levés à 6h30, on y croit à la descente. Mais le ciel est couvert ça sent l'orage. On part vers Condrieu en vitesse (ça descend). Peu de remps après, l'orage nous rattrape. A peine je sens les premières gouttes et voilà qu'on passe sous un semi remorque.

Rassurez vous il n'y a pas de mal, mais c'est tout ce que j'ai trouvé sur le moment. Donc nous avons attendu la fin de l'orage sous la remorque du semi qui est juste ( je dis ça pour ceux qui seraient interessés dans le futur) à la hauteur des rétroviseurs d'un Derny et d'une mobylette. Nous sortons les machines, les béquillons, ajustons nos kways et patatras, la béquille de petit Derny s'est enfocée dans le sol détrempé et badaboum. Pas de bobo. On installe la bache sur la remorque et nous repartons. Quelques cotes sévères, mais les cuisses sont reposées donc ça passe.

On fait des courses où on achète du sopalin et du yop (si si çà a de l'importance pour la suite). On attrape la N86 et on roule bon train. En parlant de train voilà un passage à niveau, double voie, en courbe. C'est la courbe qu'on n'a pas aimé. Je ralentis, passe la voie, mais au moment de porter notre fameuse accélération foudroyante, je sens que la remorque n'est pas d'accord et fait non de la tete violemment. Je ne réfléchis pas, freine à fond (c'est à dire pas terrible) et m'arrète dans l'herbe "pour voir". Et c'est tout vu. Ca va la remorque ne s'est pas couchée sur le coté, elle s'est juste retournée, oui, oui, les 2 roues en l'air, avec réception sur le yop. Le yop, qui a cru qu'on le prenait pour un amortisseur, a rendu l'ame. Belle trace sur la route, car la remorque y est toujours. Simon arrive mais ne peut mettre sa béquille dans l'herbe. Heureusement, le sopalin qui était avec le yop fait son boulot comme il peut car il a aussi laissé des plumes contre le goudron, ainsi que la bache qui sera dorénavant beaucoup moins étanche. Bon on remet tout ça sur pattes et roule ma poule.

 

50kms plus loin j'entends un nouveau bruit dans le moteur, le temps de le situer et hop le moteur se bloque. J'attape l'embrayage et arret d'urgence, tiens coincidence, juste devant un passage à niveau en courbe. Petit Derny aurait il serré? Pourtant je suis toujours à mi-gaz et graisse à 5% de 100% synthèse. Mais non gros malin, c'est le cable, et sa gaine, de changement de vitesse qui s'est pris entre le carter et le volant moteur. Bon je bricole un truc et on repart. L'après midi sera plus calme avec une ou deux alertes remorque et des tas de voitures pressées qui nous doublent au ras des guidons et m'oblige à prendre ces saloperies de nids de poule et bouches d'égout qui nous déstabilisent si bien. Les fessiers commencent à avoir besoin de massages donc on va s'arreter. 170 kms, ils sont excusables!! Une fois au camping on va à la piscine avec Simon qui m'achève les jambes! Petit derny a déjà 782 kms au compteur.

Publié dans derny-en-ballade

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article