Les 3 positions préférées des Givarnet

Publié le par Admin

Là nous sommes en plein dans les landes, donc on ne devrait plus voir l'ombre d'un relief. De fait c'est une étape roulante.

La DDE essaie de nous imposer une déviation pour travaux, nous passons outre. On met pied à terre, meme chose pour le cycliste derrière nous. Petite causette habituelle. On en profite pour mettre de l'essence. J'en suis à faire mon dosage d'huile, quand arrive une voiture à la pompe à coté. Je jette un oeil et meme les 2 sur le décolleté très plongeant de la conductrice, j'hésite entre D et E, et du coup mon doseur m'échappe des mains. Regard noir de Danièle qui me dit de m'occuper de mes affaires.

Pas de problème en route donc je vais en profiter pour vous présenter nos 3 positions préférées:

1: la classique et la plus usitée. Tous les 2 allongés, la tete baissée, et on y va à fond, résultat on pédale à un peu plus de 50 à l'heure. Avec les multiples pauses pipi de madame, la moyenne baisse un peu. A l'inverse de la température qui elle, va croissant.

2: variante quand les fesses deviennent douloureuses. On se cramponne au guidon, on recule aux maxi les fesses, soit pour Danièle le derrière sur les bagages et moi sur son guidon. La on ne pédale plus, mais on est en appui total sur les poignets. Cà va sur 2 kms et après trop mal aux mains. On passe à:

3: là on va essayer de reposer les mains. On prend la position dite du facteur. Assis le plus droit possible ( pas trop sinon les genous de Danièle tapent dans mon sac à dos), on touche le guidon du bout des doigts ( ne jamais le lacher ), et on pédale relaché. Pas longtemps, car le mal au fesse revient.

Alors on reprend la position n°1 qui fait mal uniformément aux jambes, fesses, dos et mains.

Vers Dax on arrive sur une nationale, il va falloir assurer. Mais avant ravitaillement. L'épicerie n'a pas de quoi nous satisfaire on se rabat sur la boulangerie. Petite sieste pour moi, pendant que Danièle prend en photo la station service désafectée transformée en salon de coiffure.

Plus que 50kms, mais la circulation est telle qu'on ne traine pas. On multiplie les arrets boisson-discussion ( dont un avec un ancien qui a couru à la Cipale ). Panneau Biarritz, c'est à ce moment que le gps déclare forfait. Arret boisson-information qui se transforme en boisson-discussion. Quelques rues plus loin, nous sommes arrivés chez nos amis qui à la vue de nos tenues devinent que nous ne sommes pas venus en BMW. Joyeuses retrouvailles, présentation des "parisiens venus à vélo".

Après 780 kms Petit Derny rentre au garage, à l'ombre pour le week end. Il reprendra du service lundi matin après vérifications et surtout réglage des freins, qui m'ont fait plusieurs frayeurs sur les ronds-points. Apparement les voitures vendues par ici ne sont pas équipées de clignotants!!

Repos pour les pédaleurs jusqu'à lundi.

Publié dans derny-en-ballade

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pascal fitou 15/07/2007 09:08

juste un petit coucou et bravo pour votre periple ainsi que pour votre blog de la part de l'employé de la station servce total de biarritz.
bon courage et peut être à bientôt vous sur votre engin de torture et moi derriere mon guichet bien au frais ...