Retour amorçé

Publié le par Admin

Après un week end de repos, les fesses sont prêtes à reprendre du service. Moins longtemps, elles auraient été encore endolories, plus elles se seraient ramollies et auraient eu besoin d'un rodage.

Hier, j'ai fait une révision sommaire (on verra que j'ai eu tort), tension de la chaine finale, réglage des freins, règlage des vis platinées (n'ouvraient plus), nettoyage de la bougie.

Nous disons au revoir à nos amis et en route direction Libourne, pour une visite à nos anciens voisins. Comme on avait prévu un départ tardif, le trajet a été découpé en 2, donc pédalage relax. Tiens on va s'arrèter voir Pierre (notre ami de Biarritz) à son boulot à Hossegor. Bien pour s'arrèter, il faut s'arrèter car le câble d'embrayage vient de casser. Quelques démarrages en cote sans le moteur dans la circulation me laissent un souvenir cuisant dans le mollet. Cà m'apprendra à faire correctement la révision!! On arrive à rejoindre le siège social de Billabong, où je change le câble en discutant avec les collègues de Pierre. Il est 11h15, on a fait 30 kms, alors on part. Nombreuses pistes cyclables, que nous n'empruntons pas bien entendu, dans la foret. Cà sent le pin frais. Pause essence, avec ICARE (Interrogations-Commentaires-Avis-Remarques-Encouragements). Dorénavant, j'utiliserai cette abréviation plus rapide à écrire. Danièle n'étant pas fatiguée (faut quand même pas exagérer), on poursuit. Finalement pause déjeuner, avec ICARE. On repart, le temps se gâte. Ce matin je n'ai mangé aucun insecte, mais avec ce temps gris et le plafond bas, ils ont moins de visibilité, et volent près du sol et ..... j'ai ma dose.

Vélos tous styles sur les pistes, même un vélo à 3 roues, où son pilote pédale avec les mains, genre Poirier, mais avec les pédales accollées. Le twin anglais transposé au vélo. Nous échangeons des saluts.

Plus loin, comme nous passons par la route des lacs, moins encombrée par les touristes pressés, je décide de refaire une vidéo. Je dis refaire car à l'aller j'en avais fait une magnifique, mais en la visionnant, j'ai été obligé de convenir que j'avais oublié d'appuyer sur le bouton marche !!!

Quelques essais à blanc, et on y va. Tout occupé à mes prises de vues, c'est dans le viseur de l'appareil que je vois le gros camion derrière. Pas d'imprudence, on arrète.

Plus loin alors que nous roulons tranquillement à 45, je vois 2 cyclistes qui nous rattrapent. On ralentit pour qu'ils puissent prendre la roue, mais le 2ème a déclaré forfait, carbonisé en remontant sur nous, du coup son ami nous fait signe de partir. Dommage, il y avait de l'ICARE dans l'air!!

Nous avions prévu de s'arrèter à Parentis, la pluie en décide autrement. Gastes, tout le monde descend, une nuit d'arrêt. Nous sommes dans un camping de bungalows et plantons notre tente entre 2.

Petit Derny a maintenant 2838 kms au compteur.

Nous allons nous promener à pied, le long du lac. On regarde ce qu'il y a comme plats à emporter. Le poulet roti sera parfait, on part acheter des chips et on revient commander. Mauvaise pioche il n'y a plus de poulet!! Ce sera salade composée. Mais quand une heure plus tard Danièle va les chercher elle revient avec des cuisses de poulet/frites. Problème pour demain, le stockage du paquet de chips sans passer par le stade "broyage".

Publié dans derny-en-ballade

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article