Où tout n'est que luxe, calme et volupté.

Publié le par Admin

Le 9ème coup de 9h n'a pas fini de sonner à l'église du village, que nous sortons Petit Derny du camping, pour le démarrer. Comme je ne suis pas sur qu'il démarre après le traitement d'hier, je ne veux pas alerter tout le monde avec nos pétarades matinales. ICARE avant de partir avec le touriste hollandais, qui qualifie notre monture de camion avant de corriger sa traduction en vélo.

J'ai eu tort de douter, le démarrage est parfait. On commence la journée doucement, 40km/h, et on augmente graduellement. Je suis agréablement surpris par le relief. Hier, pour apaiser Danièle, je lui avait dit qu'après La Chatre, c'était plat. Coup de bol, c'est vrai. On avale sans (trop) forcer les pentes et Petit Derny ne peine plus. J'ai 2 hypothèses : soit le lavement lui a bien plu, et il espère en avoir d'autres, soit il n'a pas aimé et montre qu'il a compris et ne recommencera plus.

Ce a quoi, Danièle me dit, qu'il n'aime pas les cotes, tout bêtement, et qu'au lieu de changer la magnéto, il suffisait de changer de région! Elle n'a peut être pas tort.

Nous sommes samedi, il faut faire attention dans les villages, où c'est jour de marché, car les autochtones ne sont pas habitués et parfois stoppent leur véhicules au beau milieu de la rue. Par 2 fois, la remorque est passée de justesse.

Je m'arrête pour resserrer le rétro, je ne sais pas ce qu'on boutique, mais quand on repart, au bout de 100m, je m'aperçois que j'ai......oublié de serrer le rétro. Nouvel arrêt.

Nous longeons le Cher un bon moment et arrivons aux portes de la Sologne pour déjeuner. Arrêt essence, ravitaillement, ICARE.

Je profite de l'arrêt pour fixer l'embout de mon oreillette avec de la pâte à joint (j'ai oublié la colle), ne pas en mettre de trop sinon on va me trouver original avec de la pâte à joint dans l'oreille. Je ne vous ai pas encore dit le pourquoi de l'oreillette.

Et bien, devant les piètres prestations passées de Danièle en matière de lecture de cartes, (vous avez pu juger de ses performances visuelles), la tache d'orientation sur les petites routes, qui lui était, jusqu'alors dévolue, lui a été supprimée, au profit d'un GPS. Plus d'erreur, guidage à l'oreillette au bon moment, (pas 1km après l'embranchement), et plus d'arrêt "sortie-dépliage-consultation-repliage-rangement de la carte", quand c'était la bonne carte!

Et puis comme çà, elle peut se consacrer à la surveillance de la remorque.....mission peut être pas reconduite non plus l'an prochain.

Je ne vous ai pas reparler du réglage des vis platinées. Comme çà m'embête quand même de m'arrêter si souvent, je triche sur les réglages. Le jeu préconisé étant de 30/100, je règle à 40/100 gras,( pour ne pas dire 50/100), et l'usure fait, qu'on tombe à 20/100 au bout d'environ 80 kms. Grâce à ce stratagème, je n'ai réglé les vis que 2 fois aujourd'hui.

Avouez qu'il n'est pas difficile, le Derny!

Mais cette méthode n'est pas trop appréciée par ma co-pédaleuse, qui aime bien les pauses-pipi (quand ce ne sont pas les pauses miam-miam) fréquentes . Donc on continue les arrêts réguliers même sans intervention technique.

Après le repas, l'après-midi a été de rêve. La traversée de la forêt solognote, tout simplement magnifique, Petit Derny enroulant en souplesse sur un filet de gaz (on est à 45), sans forcer, le goudron lisse comme un billard.  Parfait. Même dans les Landes, il ne roulait si bien, mais on roulait un peu plus vite. La forêt s'arrête bientôt, laissant la place aux champs de maïs, dommage. L'allure est conservée, on croise un petit groupe d'anciennes en balade, grands saluts. C'est toujours plaisant de voir des machines qui roulent malgré leur âge au lieu de dormir sous une bâche.

Paradoxalement, en roulant moins vite, bien que les vibrations soient moins fortes, il y a plus de pièces qui se dévissent. Le rétro, une nouvelle fois, suivi part la vis de la manette du dérailleur. Manette que je qualifie d'indexée, non pas parce que c'est du Shimano dernier cri, mais parce que je l'actionne avec l'index!

Donc la manette ne tient plus en place, c'est dire qu'elle revient automatiquement sur le grand pignon, et aujourd'hui, ce n'est pas lui qu'on utilise. Donc, je roule en tenant la manette poussée sur "petit pignon". Cà va un moment, mais je me dit ( à tort), qu'en la poussant à fond, j'arriverai peut être à la bloquer. Devinant ma pensée, la chaine, dans un excès de zèle, saute par dessus le pignon et va se coincer entre le pignon et le cadre. Arrêt dans l'herbe sur le bas côté. Elle était coincée et bien coincée. Il a fallu dévisser la roue et toute la persuasion du gros tournevis pour la remettre dans le droit chemin. Du coup, je bloque la manette du dérailleur sur petit pignon et hardis les mollets au démarrage.

Nous arrivons à Sully sur Loire, notre étape, à 16h, Petit Derny affiche 3436 km au compteur.

Publié dans derny-en-ballade

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article